Relation parents-adolescents : recettes pour mieux se comprendre


 28 Apr, 2016   Relations familiales   par : Dolly junker  6 visite(s)

photodune-8429644-divorce-concept-family-separation-xs1 (1).jpg
  
  

L’adolescence est la période de croissance située entre l’enfance et l’âge adulte. La puberté, une transformation attendue ou redoutée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Crise d'adolescence

L’adolescence est la période de croissance située entre l’enfance et l’âge adulte.  La puberté, une transformation attendue ou redoutée, marque le début de cette période durant laquelle l’adolescent subit une multitude de changements physiques. Au cours de cette transformation, il  éprouve des difficultés à trouver ses repères et à s’identifier en tant qu’individu. Ce passage à l’âge adulte est souvent mal vécu et peut rendre difficile la relation parents-adolescents ou encore les relations de l'adolescent avec son entourage en général. Faire face sereinement à la situation exige de la compréhension de la part des parents. Il s’agit également de prendre les mesures adéquates en adoptant des attitudes qui favorisent son épanouissement.

La période de l’adolescence : une étape de bouleversement

Pour venir à bout des conflits et des disputes entre parents et adolescents, la première étape est la compréhension mutuelle entre les deux parties. L’adolescence est un passage obligé avant de devenir adulte. A chaque génération, chaque personne la traverse à sa manière même si certains faits restent immuables.

Les transformations physiques de l’adolescent à l’origine de certains troubles

Marquée par une poussée de croissance, la période de l’adolescence  commence avec la phase de la puberté. La durée de cette phase varie suivant l’individu et les premiers signes  apparaissent entre 9 et 16 ans. Le corps sécrète des hormones qui font en sorte que le corps de l’adolescent passe de celui d’un enfant à celui d’un adulte. Cette sécrétion hormonale va croitre jusqu’à la maturité, entre 18 et 22 ans,  entrainant une multitude de phénomène : une peau acnéique, une transpiration abondante,  l’apparition de poils sur le pubis et sous les aisselles.

Le corps de la fillette se féminise, grâce à la sécrétion plus abondante d’œstrogène. Les hanches et les seins se développement, s’accompagnant des premières menstruations.

Chez les garçons, la testostérone fait en sorte que son apparence devienne plus virile, avec une  voix qui mue, une pilosité plus abondante, le torse et les épaules plus larges, ainsi que des organes génitaux devenant fonctionnels. C’est durant cette période qu’apparaissent les premières érections.

Le changement psychologique

Les comportements et l’émotivité d’un enfant changent  également lorsqu’il arrive à l’adolescence. Il passe rapidement du rire aux larmes, multiplie les provocations et devient facilement irritable. Tant de revirements et d’agitations exaspèrent souvent les parents.

 C’est également une période transitoire caractérisée par une confusion entre l’insouciance de l’enfance et le besoin de plus d’indépendance. On déborde d’énergie, et on se sent tellement jeune et infaillible qu’on multiplie les comportements risqués. C’est à ce stade que vous devez exercer votre autorité et bien éduquer votre enfant.

En concurrence avec les liens familiaux, l’amitié gagne en valeur pendant l’adolescence. Pour chercher ses repères et faire part de ses expériences, l’adolescent se confie plus à ses amis. Or, certaines fréquentations aggravent la situation et l’exposent souvent au danger.

Les premières expériences sexuelles des ados

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La sexualité est un sujet important pendant l’âge de l’adolescence.  En France, l’âge moyen pour le premier rapport sexuel est à 16,8 ans, tandis que  27 % des jeunes ont commencé à être actifs sexuellement avant d’avoir 16 ans.

Le changement du corps,  l’abondance de la sécrétion hormonale et la soif de nouvelles expériences poussent les jeunes à franchir le pas et à se livrer à leurs premières relations corporelles. A propos de ce sujet encore, les adolescents préfèrent plus en parler avec leurs amis, qu’avec leurs parents. Durant cette phase de découverte, il est cependant vital d’instaurer un climat de confiance pour pouvoir bien expliquer les risques liés à une sexualité non-protégée : transmissions de maladies, grossesse précoce, … Les adolescents doivent savoir que la réalité sur la manière de vivre l’amour et la sexualité est très différente des histoires divulguées sur les sites pornographiques et sur internet en général.

 

Les principaux signes d’alertes et d’appel à l’aide de l’adolescence

L’agressivité, le mutisme et l’indifférence,  les maltraitances qu’il s’afflige à lui-même sont les signaux d’alerte des problèmes de l’adolescence. Ces attitudes négatives et agressives sont leurs manières de communiquer leur déséquilibre intérieur et leurs détresses. Les parents doivent être attentifs à ces problèmes et réagir à temps pour éviter qu’ils ne s’aggravent. Certains adolescents en proie aux plus graves souffrances psychologiques, dues aux harcèlements, aux dévalorisations et aux actes de violences, peuvent même en arriver au suicide. Actuellement, on recense en effet près de 80.000 tentatives de suicide, engendrant environ 1000 décès par an en France.

Le manque de communication avec la famille

Les adolescents ont tendance à s’enfermer dans leurs chambres durant des heures ; ce qui ramène la relation parents-adolescents souvent au point mort. Ils se confient moins sur leurs problèmes personnels ou leurs journées d’école. Ils peuvent devenir agressifs lors des tentatives parentales pour rétablir le dialogue. Cette attitude traduit un mal-être au niveau psychologique, dont l’adolescent lui-même ne parvient pas à définir l’origine. Aucun loisir ne l’intéresse et il devient distant même envers ses amis. Au risque de complications (dépression, suicide), l’intervention de professionnels ou une thérapie familiale sont  vivement sollicités.

Les comportements dangereux et les paroles agressives

Ces comportements négatifs et agressifs envers autrui caractérisent souvent les adolescents. Cette hostilité pour toutes formes d’autorité ou de disciplines prouvent que l’adolescent cherche son identité. Il croit que  son insolence et son agressivité l’aident à se démarquer. Ses excès de violence peuvent le conduire à lancer des injures, à briser des objets et même jusqu’à porter la main sur son entourage. L’adolescent lui-même souffre de cette situation, c’est pourquoi il est nécessaire de canaliser et de dépenser cet excès d’énergie dans des activités saines pour son développement. Les séances de sport, de cours de musique et d’arts martiaux sont parmi les plus conseillés pour aider les jeunes à maitriser leurs comportements et état d’esprit. Si ces activités n’apportent pas du changement à ses tempérament, il serait peut être envisageable de faire appel à un coach pour vous aider à mieux gérer les crises d'adolescent de vos enfants.

Les maltraitances physiques chez les adolescents

Pour pouvoir exprimer leur détresse et leur mal-être, les ados ont tendance à s’automutiler. Souvent, ils  ont du mal à accepter leurs changements physiques et ne parviennent pas à se faire comprendre par leur entourage. Cette situation peut aboutir à la toxicomanie ou l’addiction à des substances qui peuvent soulager leurs malaises, à l’anorexie ou même à une tentative de suicide.

Les attitudes à adopter pour s’en sortir avec son ado

L’adolescence est une période sensible, aussi bien pour les parents que pour l’adolescent lui-même.  Il faut donc faire en sorte que la relation parents-adolescents soit propice à une communication à double sens. La rigidité du comportement, la difficulté à communiquer et les conflits de génération font que la cohabitation entre  adolescents et parents devient chaotique. Après s’être renseigné sur la situation de ces jeunes, les parents doivent adopter les attitudes adéquates pour atténuer les tensions et rendre les relations plus fluides. Ces attitudes allient à la fois autorité et positions laxistes vis-à-vis des adolescents. Il est du devoir des parents de décider quand ils peuvent fermer les yeux et quand il faut prendre des mesures.

Un travail sur soi

Pour éviter les problèmes et écarter ses enfants des éventuels dangers auxquels ils sont exposés, il est nécessaire de communiquer. Parler est le meilleur moyen pour avertir et faire passer un message. Les parents doivent faire en sorte d’instaurer un climat favorable au dialogue, en travaillant sur ses propres attitudes et réactions.

- La première étape est d’accepter ses imperfections en tant que parents. Les adolescents  prennent plaisir à critiquer la maladresse, les hésitations ou encore la lenteur de leurs parents. Leurs provocations expriment leurs besoins de mieux comprendre le monde. Ces imperfections leurs permettent d’avoir des repères sur la normalité et le monde réel.

- Il faut admettre son état et solliciter de l’aide si besoin. Il est conseillé aux parents de ne pas rester seuls face aux problèmes qu’ils subissent avec leurs adolescents. Ils sont encouragés à partager leurs angoisses avec les autres familles ou avec des couples d’amis. Ils vous proposeront certainement des meilleurs conseils pour gérer la crise d’adolescence. Si la provocation dépasse les limites tolérables, n’hésitez pas à réagir. Il appartient à chaque parent d’évaluer la gravité des paroles ou des actes de l’adolescent. Multiplier les provocations l’aide extérioriser sa détresse et à faire connaître son mal-être à son entourage.

- Le travail sur soi consiste également à se ménager, en s’accordant des moments de détente. En plus, l’adolescent a besoin de temps et d’espace personnel pour grandir et se sentir autonome.  Une attitude plus laxiste permet d’éviter les rébellions.

- Pour terminer, il faut essayer autant que faire se peut de dédramatiser. L’adolescent a besoin de faire ses propres expériences et de multiplier les contacts avec le monde extérieur. Le processus de l’éducation se fait également à l’extérieur du foyer, ce qui n’empêche pas de garder un œil sur leurs fréquentations et de contrôler les activités qu’ils entreprennent. A noter que l’inquiétude excessive peut nuire au climat de confiance que l’on tente d’instaurer.

Le besoin d’autorité parentale

Malgré son besoin d’indépendance, l’adolescent est toujours à la recherche de sa voie et de son identité. Ses actions doivent encore être encadrées et surveillées.  Même si l’adolescent semble dénigrer l’autorité parentale avec de l’indifférence, de l’inattention ou encore du cynisme, le fait d’être autoritaire est une qualité qu’il apprécie, dès fois inconsciemment, car c’est une preuve que ses parents se préoccupent de son sort et de son avenir. Des règles permettent d’établir facilement l’autorité parentale sont :

- Instaurer des règles de conduite qui servent à structurer la vie quotidienne et à préserver un cadre de vie plus harmonieux. Il faut que tout le monde à la maison soit mis au courant et se mette d’accord sur les sanctions à appliquer en cas de transgression. En effet, vous avez seulement besoin de vous communiquer et le soutien parental qui est un élément crucial pour construire une relation familiale harmonieuse, est important pour l’adolescent.

- L’intégration de l’adolescent  dans une vie associative ou dans une équipe de sport, pour canaliser son énergie et prévenir la recherche de sensations fortes par d’autres moyens. Un petit job ou un camp de jeunesse permettent aussi de développer son sens de la  responsabilité et sa maturité.

- L’apprentissage permet d’ajuster les excès de violence. Entre autres, il faut lui inculquer la philosophie prônant qu’il est vaut mieux exprimer sa colère avec des mots qu’agir avec violence.

- Faites preuve de tact pour limiter ses caprices et ses nombreuses demandes. Pour éviter les confrontations et les disputent, certains parents commettent souvent l’erreur d’accepter les moindres désirs de leurs adolescents. La bonne attitude est par exemple de lui dire de remettre cela à plus tard.

Pour que cette autorité puisse acquérir une légitimité au sein de famille et soit assimilée par l’adolescent, il est parfois nécessaire de rappeler la place et la responsabilité de chacun. Pour garantir des dialogues sains, la manière de parler doit être la plus naturelle possible. Utilisez un ton sec si besoin, l’important est que les parents ne doivent sentir aucun sentiment de culpabilité en imposant ces règles.

Des astuces pour les parents

Face à une technologie qui évolue et aux mœurs qui n’arrêtent pas de changer, les parents ont besoins de mettre en œuvre certaines tactiques pour se faire comprendre et aider leurs adolescents à se trouver. Il s’agit donc de :

- Parler de sa propre adolescence, en évoquant les souvenirs de jeunesse vécus avec vos parents. il faut éviter de dénigrer ou d’écorcher l’image des parents. Livrer les moindres détails n’est pas nécessaire, l’important est de lui faire comprendre qu’il n’est pas un cas isolé et que vous pouvez lui faire bénéficier de vos expériences s’il le souhaite.

- Il faut s’en tenir à sa propre époque. Si les parents  tentent un rapprochement avec leurs adolescents en imitant leurs styles (de musique, ses loisirs, ses préférences), leurs modes vestimentaires : un moyen de s’affirmer chez les adolescents ou leurs manières de vivre, la confusion ne fera qu’empirer les choses et vous risquez de subir des moqueries de la part de votre entourage. Il est donc nécessaire que tout le monde reste à sa place, quitte à être traité de ringards ou de « has been ». Cette différence de goût témoigne de vos expériences et des valeurs que vous avez acquises au cours de votre vie.

- Il est nécessaire d’entretenir des liens avec la famille. Cela permet à l’adolescent de nouer de nouveaux contacts et d’élargir les perspectives. Les anniversaires, les fêtes et les vacances sont autant d’occasions pour eux de rencontrer de nouveaux interlocuteurs et de s’ouvrir à la communication.

Comment aborder la question de la sexualité avec les adolescents ? Faire appel à des professionnels, comme des psychologues ou des médecins, est conseillé si  la situation vient à s’empirer. Ces spécialistes peuvent collaborer pour trouver les solutions adéquates. Leurs décisions peuvent se focaliser sur de simples conseils, mais peuvent aussi requérir jusqu’à un internement dans des établissements spécialisés ou la prise de médicaments. Ces interventions ne réduisent pas le rôle des parents, mais en sont tout simplement complémentaires.

Le cas des parents divorcés

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le divorce est un phénomène devenu très courant dans la société actuelle. Les enfants peuvent vivre assez mal cette épreuve : conflit d’autorité, disputes, éloignement, … La maturité et les types de mesures prises par les parents jouent beaucoup sur les conséquences du divorce sur les enfants.

Cette situation peut ne pas nuire à la construction de l’identité de l’adolescent, dans le cas où il est aidé à se situer par rapport à ses parents. Ce qui importe dans l’éducation, que ce soit pendant la période de l’enfance ou de l’adolescence, c’est que les deux parents soient d’accord concernant les règles et les principes à suivre. En se mettant d’accord sur les priorités et en respectant les accords, les parents donnent l’exemple à leurs enfants, sur le principe que les divergences d’opinions sont toujours surmontables.


6 visite(s) | mot clés: