Naissance de jumeaux ou de triplets : le guide pratique


 02 May, 2016   MATERNITE   par : Dolly junker  4 visite(s)

bébé-jumeaux.jpg
  
  

En France, la naissance de jumeaux à presque doublée en 40 ans. L’hérédité, l’âge de la mère, ou encore les traitements contre la stérilité sont quelques facteurs explicatifs de ce phénomène.

En France,  la naissance de jumeaux à presque doublée en 40 ans. L’hérédité, l’âge de la mère, ou encore les traitements contre la stérilité sont quelques facteurs explicatifs  de ce phénomène.  Attendre des jumeaux signifie deux fois plus de bonheur, mais également deux fois plus de responsabilité. L’arrivée de jumeaux ou de triplés bouleverse le quotidien de la famille et de leurs entourages. Les futurs parents de jumeaux ou de triplets appréhendent plus généralement l’excès de fatigue, le manque de sommeil, les changements physiques, la nervosité, ainsi que les mauvaises organisations. Une bonne thérapie familiale pourrait être utile ainsi qu’une préparation physique et une adaptation psychique sont les clés pour mieux vivre et profiter de ces heureux évènements.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Assistance et aides extérieures pour la naissance de jumeaux

Durant la période de grossesse  jusqu’aux premiers mois des enfants, la petite famille a besoin de tout l’aide nécessaire pouvant être procurée par son entourage. Soins des bébés, tâches ménagères, courses, activités professionnelles, …  sont autant d’occupations qui rythment la journée, que les nouveaux parents pourraient finir par s’écrouler. Il est donc indispensable de répartir les tâches et de solliciter les aides extérieures.

Rôle du papa auprès de la mère et des nouveaux nés

Le fait d’avoir des jumeaux ou des triplets décuple l’importance du rôle et les responsabilités assignées au père de famille. Ce rôle doit commencer bien avant la naissance, avec l’assistance pendant les cours prénataux et l’accouchement, et se poursuit par les soins et l’éducation des enfants. Les papas  peuvent participer aux tétés, aux toilettes et à la mise au lit.  Cette présence est d’autant plus sollicitée pendant les délicates premières périodes, durant lesquelles la mère doit se remettre de la fatigue de l’accouchement.

La famille et les amis, de précieux alliés après la naissance

Pour mieux s’en sortir, il ne faut pas hésiter  à demander de l’aide à une puéricultrice qui est une infirmière pas comme les autres, mais aussi à ses proches : grands-parents,  tantes et oncles, amis, cousines... L’intérêt ici est de faire appel à la disponibilité, aux expériences et aux talents de chacun : baby-sitting, cuisine, ménage, course, ballades, … il est possible d’organiser et de planifier ces aides, ainsi vous pourrez vous reposer un peu. En plus, les implications des proches permettent d’entretenir les liens familiaux autour des nouveaux nés.

Un phénomène qui risque de se produire quand naissent des jumeaux est la mauvaise réaction des précédents enfants. Devant tant d’attention accordée aux nouveaux nés, l’ainé peut se sentir délaissé et peut se montrer jaloux ou même agressif. Il faut essayer de canaliser ce sentiment en les impliquant dès les premiers jours, les  habituer à prendre plaisirs et à nouer des liens avec les nouveaux bébés.  Son aide peut se révéler précieux et permet aussi de l’occuper et de le distraire. Pour que l’arrivée des jumeaux ne soit pas trop soudaine ou traumatisante pour l’ainé, il faut installer le dialogue avant la naissance. La méthode la plus simple est d’utiliser et de l’habituer avec 2 ou 3  poupées.

Les congés de maternité et de paternité

La législation du travail impose un congé de maternité pour permettre aux mères de se  préparer à l’accouchement et de se reposer convenablement après. C’est le code du travail et la sécurité sociale qui fixent la durée légale de ce congé. Normalement, ce congé dure 15 semaines : 6 semaines avant l’accouchement et 9 semaines après la naissance. On accorde 4 semaines supplémentaires au congé maternel dans le cas d’une mère attendant des jumeaux ou plus.

Comme les jumeaux sont souvent des prématurés, ils ont une santé fragile et peuvent être hospitalisés. Dans ce cas, si la durée de l’hospitalisation excède les 7 jours, on peut les récupérer, mais sans dépasser les 24 semaines de congé permises.

Le congé  de paternité est  limité à 10 jours incluant le week-end  et les jours fériés.  Ces jours de congé sont indemnisés et sont valables pendant les 30 jours qui suivent l’accouchement. Durant le congé, il est conseillé au père de se renseigner en lisant quelques guides pour se préparer à devenir papa pour mieux gérer les situations en cas de problèmes.

Les associations et le pouvoir public s’impliquent dans les naissances

 L’intégration dans la vie associative peut également être une solution pour faciliter la vie des parents de jumeaux et de triplets.  Il existe en France des associations qui regroupent des bénévoles, ainsi que d’autres parents dans la même situation, qui peuvent procurer des aides logistiques et psychologiques. Ces associations proposent également des bons plans, des échanges  et les documentations nécessaires à l’accueil de vos jumeaux ou triplés, en cas de besoin. Association Jumeaux-Jumelles, Fédération Jumeaux et plus, ou encore Association Francophone d’Entraide pour Naissance Multiple sont quelques exemples de groupes auxquels vous pouvez adhérer.

Les repas de vos jumeaux ou triplets

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Faire prendre leurs repas à des jumeaux ou à des triplets demande beaucoup de temps, surtout si on est mal organisé. L’allaitement ou l’utilisation des compléments nécessite une méthode spécifique pour être efficace.

L’allaitement des jumeaux, comment faire ?

L’importance de l’allaitement

Que ce soit pour  une naissance unique ou le cas de jumeaux, l’allaitement est la manière la plus naturelle, et donc la plus conseillée, de nourrir votre enfant. L’allaitement exclusif est ainsi recommandé pendant les 6 premiers mois du bébé.  L’abondance de lait n’est pas un problème, car l’organisme peut procurer la quantité nécessaire et peut en produire tant que  l’allaitement continue. La montée de lait se produit même si le bébé ne tète pas. Au cas où vous ressentez quelques douleurs aux niveaux de vos seins, il est plus avisé de consulter une puéricultrice.

Ce procédé présente des avantages pour la  santé  de la mère et celle des  bébés. Le lait maternel est très nourrissant, car il contient tout ce dont le bébé a besoin pour optimiser sa croissance et pour le bon développement de son organisme, ainsi que de son système nerveux : protéines, eau, lipides, vitamines, minéraux, enzymes, …. Les bébés nourris au sein sont protégés contre les risques d’infections et sont moins souvent malades. Enfin, l’allaitement fortifie le lien émotionnel entre la mère et ses bébés. Le contact charnel leurs procure plus de chaleur et d’affection.

Comment stimuler la montée du lait maternel ?

La montée du lait maternel débute dès la naissance. Son abondance est stimulée par l’efficacité des succions du bébé et leurs fréquences. Aussi, pas de panique si vous constatez un manque de production de votre lait maternel. Des méthodes et techniques adaptées peuvent facilement y remédier :

-En premier lieu, il faut mettre en place des périodes de repos et de sieste plus fréquentes pour la maman. En effet, la fatigue, le stress et l’anxiété, ainsi que d’autres facteurs psychologiques sont les facteurs de freinage de production du lait maternel. L’homéopathie est également conseillée.

-Augmentez la ration d’eau de la mère. L’allaitement nécessite de boire au moins 3 litres d’eau par jour. Pour vous assurer de votre bonne hydratation, votre urine doit rester claire.

-Bien positionner le bébé, pour qu’il puisse effectuer des tétés efficaces qui vont stimuler la montée du lait. Il existe des tableaux de bord pour maman et bébé que vous pourrez consulter au cas où vous avez du mal à positionner votre bébé durant la tété.

-Utiliser des coques d’allaitement ou des tire-lait, dont les pressions vont stimuler la montée du lait.

- Les carottes crues, le fenouil, les lentilles, les topinambours et l’anis étoilé sont propices à la production du lait maternel.

-Eviter l’oseille, le persil, la sauge, le chou vert, ainsi que l’alcool, le tabac, le café, el thé et les autres excitants.

-Notez que certains médicaments ne conviennent pas à l’allaitement.

-Soignez vos seins. Pour cela, le mieux est d’appliquer un peu de votre colostrum ou de votre lait sur vos mamelons, après les tétés. Cela permet d’éviter les crevasses.

Les positions conseillées pendant l’allaitement

Une position d’allaitement confortable permet à la mère de se reposer au maximum dans le même temps. Le bébé doit surtout pouvoir avaler et respirer sans problème. Cela requiert une confiance en soi, un soutien parental, c'est-à-dire celui du papa qui est un élément crucial pour construire une relation familiale harmonieuse ainsi que de l’entourage et une maîtrise des gestes. La position de la madone, la posture allongée, le ballon de rugby, à califourchon, … sont autant de positions pour allaiter votre enfant.

 Bien positionner les bébés pendant la tété est primordial. Pour savoir s’y prendre correctement, les conseils du personnel soignant sont vivement sollicités.

L’alternance de l’allaitement de vos jumeaux

Durant les premiers mois de l’allaitement, un bébé a besoins de 8 à 12 tétées en 24 heures. Il  faut vérifier  fréquemment  l’urine et les selles, pour être sûr que le bébé a assez de lait.

Les jumeaux ou les triplets peuvent être allaité séparément, chacun à leurs tours. Un des bébés peut jouer ou  être nettoyé pendant que l’autre prend son repas. C’est ici que l’aide d’un proche est requis.

Nourrir deux enfants simultanément est possible avec l’aide d’accessoires adéquats. Par exemple,  le coussin d’allaitement en forme de «u » est l’idéal.

Les compléments alimentaires de vos jumeaux

Pour des raisons diverses : manque de  disponibilité, période de sevrage, … on se retrouve obliger  d’utiliser  des  biberons, sans pour autant arrêter complètement l’allaitement.  Adapter bébé à ces compléments peut présenter des difficultés, car l’enfant peut confondre la tétine et le sein. Les mamelons peuvent être douloureux et présenter des lésions.

Pour éviter l’apparition des crevasses, il est conseillé d’utiliser d’autres compléments comme la cuillère, la tasse ou la seringue.

En cas de prématurité des naissances multiples

Durant les 12 à 48 heures qui suivent l’accouchement, les seins produisent ce qu’on appelle « colostrum ». Ce liquide jaunâtre referme  une quantité suffisante de protéine et d’anticorps,  et sera remplacé progressivement par le lait maternel.

Pour les prématurés (souvent le cas des jumeaux et des triplets), il faut leurs tirer une fois du lait tout les 3 à 4 heures,  juste après la naissance. Tirer du lait pour les nouveaux nés doit se faire dans un endroit calme où l’on doit se sentir détendue. Il est conseillé de ne pas trop se soucier de la quantité. Vous pouvez toujours demander à une puéricultrice, si vous avez des difficultés à sortir le lait.

Comment organiser les repas nocturnes de vos jumeaux ?

L’organisation

Le retour à la maison est l’un des moments les plus redoutés par les nouveaux parents de jumeaux et de triplets. L’arrivée de deux ou de trois enfants provoque une forte perturbation des habitudes et de l’équilibre quotidien. Pourtant,  des gestes parentaux adaptés peuvent être apprises, et avec un bon entrainement elles peuvent même devenir des réflexes.

Le sommeil

Le besoin de se reposer et de dormir est  vital aussi bien pour les enfants que pour les parents. Les soins tels que les bains, le repas ou le coucher sont des activités supplémentaires qui s’ajoutent aux nombreuses occupations quotidiennes et viennent réduire la durée du sommeil. La qualité de ce dernier peut aussi être affectée par les pleurs fréquents qui surviennent surtout pendant la nuit.

Le coucher des enfants

Les bébés grandissent, les 12 premiers mois de leurs vies sont les plus importantes pour leur croissance et leur évolution. Les  nouveaux nés âgés de moins de 3 mois peuvent dormir 17 heures par jour. Cette durée diminue au fur et à mesure que l’enfant grandit. C’est la croissance et le développement de son système nerveux qui exigent cette forte période de sommeil. Le nourrisson, de 4 mois à 1 an, a besoin de 12 à 15 heures de sommeil journalier. A noter qu’à ce moment, il n’arrive pas encore à faire la différence entre le jour et la nuit.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En général, un bébé  se réveille  toutes les 2 ou 3 heures, de jour comme de nuit. C’est pour cela qu’on est obligé de se lever plusieurs fois durant la nuit. Il est fréquent que les bébés réclament   à manger durant la nuit. Pour minimiser la fatigue et pour augmenter notre temps de sommeil, il faut aller dormir juste après le dernier repas. Les repas des jumeaux ou des triplets ne doivent pas être trop espacés. Aussi, quand l’un est réveillé, il faut également essayer de nourrir l’autre au même moment.

La solution est d’installer rapidement (dès la naissance) une habitude de sommeil aux enfants. Il faut leurs apprendre à discerner le jour, une période active et lumineuse par rapport à la nuit, plus tranquille et peu éclairée.

Il faut également mettre en place un rituel précis pour le coucher : la toilette, le repas, les histoires, les câlins, … un enchainement que tous les membres de la famille doivent appliquer.

Certaines conditions permettent également  de s’assurer de cette durée de sommeil. Au départ, il est plus pratique qu’on mette les bébés dans le même lit. Mais quand vient le moment où l’on doit les séparer, pour leur confort et pour plus de tranquillité pour chacun, il faut s’assurer qu’ils n’aient pas trop chaud ou qu’ils ne transpirent trop. Le lit doit être adapté à leurs tailles pour qu’ils ne se sentent pas perdus. Ici l’utilisation d’une gigoteuse est indiquée. Vue que vous formez dorénavant une famille nombreuseil vous faudra plus de lit à l’avenir, lorsque les bébés grandiront et atteindront un certain âge.

Prévenir les pleurs des bébés pour mieux se reposer

L’arrivée d’un ou de deux bébés annonce toujours des cris et des pleurs. Toujours est-il qu’il faut savoir déterminer les raisons de ces agitations : la faim, la chaleur, une couche pleine ou simplement le besoin d’être rassuré. Ces quelques conseils vont aider à calmer ces pleurs et ces cris :

Il faut les masser avec des huiles de massage pour bébé afin de relaxer leurs muscles et faciliter leur digestion. Pour les aider à s’endormir, il faut les bercer ou les balader dans la maison. On peut les prendre directement dans les bras ou dans leurs sacs à kangourou pour plus de contact.

Si les cris viennent d’un besoin d’être assurés, il faut essayer de les calmer en leurs parlant avec une voix ou sur un fond de musique douce. On peut aussi mettre à leurs contacts un linge imprégné de l’odeur de leur mère.

Les cris et les agitations sont des gestes normaux pour les nourrissons pendant leurs phases de sommeil agité. Il faut leurs laisser un moment pour se consoler et se calmer. Néanmoins, il est possible que les pleurs de l’un des jumeaux n’affectent pas le sommeil de l’autre.

Le besoin de repos des parents

En général, un adulte doit avoir 7 à 8 heures de sommeil par nuit pour être bien en forme afin de pouvoir affronter la journée au mieux. Les réveils trop fréquents durant la nuit peuvent avoir des impacts plus ou moins graves sur la durée et la qualité du sommeil, surtout pendant les premiers mois.

Pour éviter que la fatigue et le stress ne viennent s’installer, il est conseillé de faire une sieste de 10 à 20 min après le déjeuner. Le petit déjeuner ne doit surtout pas être négligé, car il apporte la dose d’énergie nécessaire pour compenser et renforcer l’organisme. Certaines techniques de relaxation sont recommandées (travail de respiration, massage,…), quand on commence à se sentir à bout de nerf. Il y a peut être des modes d’emploi pour devenir de bons parents non stressés et pleins de vitalité mais le plus conseillé est de savoir gérer le temps et bien organiser les tâches au quotidien.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La santé de vos nouveaux jumeaux

Souvent, les enfants issus d’une naissance gémellaire sont des prématurés. Leur poids est insuffisant et leur estomac plus réduit. Il faut s’armer de patience, car cette situation est normale et va s’améliorer rapidement, dans de bonnes conditions. Le lait maternel est indiqué pour protéger les nourrissons des risques d’infection.

Quand la crèche pour ses jumeaux ?

Trouver une place dans une bonne crèche relève actuellement d’un véritable défi, c’est pourquoi il vaut mieux inscrire vos jumeaux sur une liste d’attente et ce, même avant leurs naissances. Si les enfants ont une santé fragile, il est conseillé de ne pas les envoyer trop tôt dans les crèches, pour éviter les risques de complications.


4 visite(s) | mot clés: